Petite histoire du look streetwear

 

Apparu aux Etats-Unis dans les années 70, au moment où les 30 Glorieuses sonnaient le glas et où les Chicago Boys revenaient en force avec leurs idées libérales, le look streetwear s’alimente des sports de glisse comme le skate ou encore le surf, de la musique urbaine rythmée par le punk et le hip-hop et l’art des rues. Un mélange d’influences qui aboutissent à un look urbain né dans la rue, d’abord dans les quartiers reculés des grandes agglomérations américaines. C’est dans ces mêmes quartiers que les jeunes gens ont cherché à s’exprimer et à montrer leur attachement et surtout leur appartenance à une forme de culture, tout en s’affirmant comme des individus à part entière, sans beaucoup de moyens financiers.

Le streetwear est constitué d’éléments ayant chacun leur propre histoire. Une histoire liée à la culture environnante, des vêtements oversize (sweat à capuche oversize homme, gilet oversize homme, chemise oversize homme) jusqu’à la panoplie du B boy. La société a également influencé le streetwear, comme les bandes organisées dont chaque membre se couvrait le front d’un bandana, par exemple. Pas de cordon, pas de ceinture, le pantalon est porté très bas (comme par exemple le pantalon style sarouel homme), en mémoire à la vie des prisonniers qui voyaient leurs objets personnels – notamment ceux qui étaient susceptibles de permettre à un détenu de donner fin à ses jours – étaient confisqués.

Retour sur l’histoire du look streetwear.

Du streetwear, au street fashion et à la culture hip hop

 

C’est en 1976, dans le sud de la Californie que le skate a façonné le sport et la culture des jeunes à jamais. Est née ensuite « Vision Street Wear », une marque différente des autres qui a bien vite compris la connexion naturelle entre la musique et la culture skate. Lors des championnats (que l’on appelait, à l’époque « Vision Skate Escape »), un groupe alors inconnu à l’époque jouait dans un coin. C’étaient les Red Hot Chilli Peppers. Et les rangs des patineurs professionnels comptaient de grands noms comme Mark « Gator » Rogowski, Steve Rocco, Marty « Jinx » Jimenez et Mark Gonzales pour n’en citer que quelques-uns.

Dans les années 90, l’influence du skate est moindre, mais la mode hip-hop continue à marquer un style distinctif dans l’univers de la mode, provenant de la jeunesse afro-américaine de New York à Los Angeles en passant par Orlando, Chicago ou encore Philadelphie. Au cours des années, chaque ville a apporté son grain de sel distinctif pour former aujourd’hui un genre connu et reconnu à travers le monde entier.

Au cours du temps, la culture hip hop a énormément évolué, les membres de la communauté s’inspirant au départ des gangsters des années 30 et 40. Dans les années 80, le remake de Scarface rend la tendance populaire et de nombreux rappeurs choisissent de laisser de côté les vêtements inspirés des gangs en faveur d’une mode plus classique aux chapeaux melon, costumes croisés, chemises en soie et chaussures en peau d’alligator. De leur côté, les survêtements de sport sont toujours tendance et la mode hip hop est partout dans les années 2000, largement influencée par les célébrités et les fashionistas (par exemple le jogging sarouel slim homme ou le pantalon jogging sarouel homme).

 

Look streetwear des années 80

 

Ce sont principalement les artistes qui ont rendu des marques de luxe comme Gucci et Vuitton populaires dans la communauté hip hop. Une tendance qui évolue avec la renaissance de la boucle d’oreille et du jeans pour homme.

Un autre type de vêtement à ne pas oublier est le MMA (Mixed Martial Arts), issu d’un sport de combat faisant appel à une variété de techniques et d’aptitudes de combat mêlant arts martiaux et sports de contact.

De son côté, le style street used (street usé, jean slim destroy homme) met en avant le jean, le pull à capuche en coton, les chemises à capuche en coton, les chemises, les vestes, les pulls en molleton, les chemises mi-zippées, les chemises à fermeture éclair, les tee-shirts, les pantalons, les imperméables et les shorts street. Un style naturel et sophistiqué à la fois, étroitement lié au style street qui a évolué depuis les tendances des années 80, du bombardier oversize aux vêtements glam rock en passant par le néogothique. Une marque de fabrique des tribus urbaines, marquée par l’utilisation du cuir, des bottes militaires, des vêtements de cow-boys (pantalon cowboy homme) ou encore des sacs noirs aux fermetures éclair colorées.